Je suis indépendante, je suis seule

Plus le temps passe et plus j’assume qui je suis. Je suis une personne indépendante. Je vais aux expositions toute seule, je vais au cinéma seule, je peux passer des semaines seule. Tout cela ne me pose aucun problème. Je me sens bien dans ma vie solitaire.

Mais cela ne veut pas dire que je n’aime pas être entourée. J’aime les mardi où je vais au cinéma avec un groupe de copains. On échange sur nos vies avant d’aller au cinéma et après la séance on débat sur le film et on partage nos points de vue. J’ai adoré mes deux années de CAPES où j’ai rencontré quatre superbes jeunes femmes (et quand je dis superbes, je parle avant tout de leur personnalité, de celles qu’elles sont) et où nous avons vraiment partagé de nombreux moments ensemble (que ce soit les anniversaires, les soirées tranquillou, la nourriture,…). J’ai adoré les vacances passées auprès de mon amie A. à simplement savourer le fait d’être ensemble ou mes week-end à Lille. Ce que je veux dire à travers ces exemples, c’est que je savoure mon indépendance autant que les moments que je partage avec d’autres. Ils me nourrissent, me font me sentir bien, m’apportent un équilibre et un bien-être. Je les savoure autant avec mes ami.es qu’avec des inconnus.

Mais voilà. Au fur et à mesure que les années passent, que j’assume et évoque sans complexe mon indépendance, mon besoin de solitude, je me rends compte que les personnes s’éloignent, ne recherchent pas ma compagnie. Peut-être pas consciemment mais c’est comme si ces personnes pensent que je n’ai pas envie de les voir. J’ai l’impression qu’elles pensent que je n’ai pas besoin d’elles. Et pourtant c’est tout le contraire. Par conséquent, on ne pense pas à me proposer une sortie, à m’inviter à un événement (Attention à l’aspect excessif. J’entends bien que je ne vais pas être invitée à chaque événement ou à chaque fois que l’autre souhaite sortir. Et dans tous les cas, même pour moi, ce serait trop.) Pourquoi le faire ? F. aime être seule et chez elle. Sauf que ce n’est pas si simple. Je suis seule la majorité de mon temps. Alors je savoure les moments partagés : un cinéma, un repas, une balade, un après-midi ou une soirée (qu’importe la période de la journée) à papoter sans forcément avoir quelque chose de spécifique de prévu. Ils me permettent d’être dans un équilibre entre mon besoin de solitude et ma vie sociale. Mais si je ne les demande pas, je les ai rarement. Et là ma fierté prend souvent le dessus. Je suis fatiguée d’être celle qui réclame de la présence, qui réclame un moment.

Parce que c’est l’impression que j’ai. Je réclame, je demande. J’aimerai que d’elles-mêmes ces personnes recherchent ma compagnie. Qu’elles se disent : « je programme un moment entre ami.es et j’aimerai que F. y participe » ou « je suis dans la région pour le week-end, la semaine ou tout le temps (qu’importe…), et bien j’aimerai passer quelques heures en compagnie de F. ». Mais honnêtement cela arrive assez peu. Les fois où c’est arrivé, j’ai ressenti une joie intense qui comblait mon besoin de présence. Sûrement mon besoin d’être aimée était assouvi. Et c’est savoureux de savoir que l’on n’est pas uniquement dans les pensées des autres mais aussi dans l’envie de moments en présentiel.

Peut-être dois-je plus exprimée ce besoin d’être entourée, de moments partagés. Et aussi évoquer ma peine quand ma présence n’est même pas envisagée. Aujourd’hui ma fierté prend encore le pas. A moi de trouver l’équilibre entre demander, exprimer mon envie d’être entourée et que la demande vienne de l’Autre.

2 réflexions sur “Je suis indépendante, je suis seule

  1. Tess dit :

    J’ai aussi ce ressentiment. J’éprouve le besoin d’être seule et j’adore ca, mais j’aime aussi passer des moments avec les autres. Quand je constate que certaines personnes se sont éloignées à cause de ca, je me dis que c’est pas plus mal, je sais que les personnes qui restent désirent vraiment être en ma présence 😊

    J'aime

    • mesmoisenemois dit :

      Merci Tess de m’avoir partagé votre témoignage. Je suis d’accord avec vous. Néanmoins je ne sais pas si ces personnes s’en rendent compte. Et quand nous nous voyons elles désirent ma présence. Seulement cela se fait assez peu et c’est cela qui m’attriste (même si je ne voudrais pas les voir tous les jours mais deux fois par an me semble peu 😉 ).

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s