Moi, F., 35 ans, un corps

Comme beaucoup de personnes, j’ai un compte instagram que j’ai choisi de laisser en mode public. Tout le monde peut donc s’abonner à mon compte et voir mes publications. Tout le monde peut également venir me parler. Mais là, j’ai le choix soit de bloquer, supprimer ou accepter le message.

Mon compte est public car, comme pour mon blog, comme pour ma manière d’être en général, je suis dans le partage. Il n’y a rien à cacher ou de vraiment intime dans ce compte. Même si, je choisis ce que je poste. Ainsi 60% du continu sont des photos de mon chat, 15% des photos de moi, 5% des photos de nourriture et 20% des photos de paysages, de lieux visités,… En soit, un compte des plus simples et banals. D’autant plus que je ne voyage pas, et ça reste malgré tout la grande mode, les comptes de voyage.

De mon côté, je suis énormément de comptes sur différents sujets que je pourrais regrouper en quatre catégories : mes amies, le féminisme, le savoir, le sexe. Pour cette dernière catégorie, ce ne sont pas des comptes pornographiques ou avec uniquement des photos érotiques. Ce sont plutôt des comptes qui soit donnent des infos sexes (techniques sur nos organes, des techniques pour atteindre le plaisir et pourquoi pas l’orgasme…), soit partagent des témoignages, soit évoquent le slow sexe/le consentement/la bienveillance. Donc comme vous l’avez compris, quatre catégories qui sont finalement mes centres d’intérêts dans la vie et qui sont en plus assez éclectiques. Mais pas non plus si différents d’une grande majorité de personnes.

Pourtant, que ce soit dans ma vie ou sur les réseaux sociaux, une seule chose ressort quand on m’aborde : le sexe. Et là, je suis vraiment dubitative. Je ne comprends pas, si on regarde mon compte et ce que je poste, pourquoi est-ce l’énergie sexuelle que l’on perçoit. Honnêtement, même les photos de moi n’ont rien de sexy. Je ne pose pas déshabillée et ce sont souvent des photos au naturel car je travaille là-dessus (certes elles sont en noir et blanc mais à part cela elles sont pris à la volée). J’ai quelques photos que j’appelle « séance narcissique » où là je me pomponne et je pose littéralement. Sauf qu’elles se limitent à mon visage et me permettent de mettre en avant mon sourire et mes yeux. Donc rien de fou non plus…

Tout cela pour vous dire qu’il doit y avoir quelque chose qui se dégage de moi et dont je n’ai pas conscience, que je ne perçois pas. Enfin, je le perçois dans certaines situations, mais pas dans ma vie de tous les jours. J’en avais déjà parlé dans mon article Energie sexuelle. Et ce décalage m’est arrivé pas plus tard qu’hier.

Un homme m’écrit sur instagram. Comme je venais de publier des photos de cookies et madeleines que je venais de cuisiner et que son compte est un compte de cuisine, je pensais qu’il venait vers moi à ce propos. Que nenni, quelle naïve êtes vous chère damoiselle. Voici le début de la conversation :

Et cela me laisse vraiment un goût amère. Etre abordée sur instagram arrive assez souvent. Une amie a moi l’a été il y a quelques mois. Sauf qu’elle forme maintenant un couple avec cette personne. Moi je ne reste cantonnée qu’à un corps, une enveloppe. Certes, le fait que je m’exprime bien est un plus mais la finalité reste la même : le sexe.

Et finalement, je me rends compte que cela explique en partie mon refus de changer mon corps, bien que j’en souffre. La semaine dernière, j’ai revu mes collègues de sophrologie. C’était un magnifique moment de partage. Et avec une de mes collègues est venue la conversation sur mon corps. Ce corps qui fatigue, qui est douloureux, avec lequel j’ai du mal à communiquer. Et ce corps qui m’envoie aussi un bon nombre de signaux me demandant de m’occuper de lui. Et cela passe par une perte de poids. Pas pour correspondre à des canons ou être plus sexy ou je ne sais quoi. Simplement parce que ma corpulence est faite pour être moins grosse. J’aurai toujours des formes, mais il y a une différence entre avoir des formes et être en surpoids profond. Et j’expliquais à cette personne (et comme quoi les synchronicités nous entoure car j’en avais aussi évoqué cela en début de semaine avec ma thérapeute) que mon refus de ma perte de poids était en grande partie un choix. Un choix de rester invisible. On peut dire ce que l’on veut sur les femmes avec les formes, qu’on les aime, etc. Dans la réalité, je suis transparente. Je suis transparente quand il s’agit de regarder autre chose que mon décolleté. Je suis transparente parce que je ne me sens pas bien dans ce corps et 90% du temps cela se voit à ma manière de bouger et de m’habiller. Je suis transparente et cela me convient parfaitement. C’est une armure, une zone de confort, qui me permet de dire : voilà pourquoi on ne cherche pas construire avec moi, pourquoi on ne me voit pas.

Je ne suis bête. Je sais bien que cela n’est qu’une illusion. Mes amies me voient bien. Mais peut-être me voient-elles justement parce que le corps n’a pas d’impact dans une amitié. Dans une relation qui a pour but de devenir amoureuse, le corps a un impact, bien plus important qu’on n’ose le dire. Cela m’attriste énormément d’être invisible, de me planquer comme cela et finalement de rester dans une souffrance. Mais les zones de confort ne sont pas forcément des zones où l’on est épanouie et où l’on se sent bien. C’est une zone où on est en confiance.

Et cette collègue sophrologue me disait que c’était égoïste de choisir d’être invisible quand on a le potentiel de ne pas l’être et d’apporter de l’aide à ceux qui le sont par timidité, par manque de confiance en soi, etc. Je ne peux que lui donner raison. Mais il me faut bien une raison pour justifier une partie de ma solitude, pour justifier que personne ne souhaite construire une relation « amoureuse » avec moi. Car rien ne le justifie sinon. Mon caractère, mes défauts ne sont pas si rebutoires et mes qualités jouent pour moi aussi. Si ce n’est mon corps, je ne comprends pas ce qui me rend si invisible.

Hélas sexuellement, je ne le suis pas. Et cela me met dans une colère de n’être réduite, de n’être bonne qu’à ça. Je pourrais offrir tellement plus. Alors, pourquoi l’autre ne le voit-il pas ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s