De la difficulté d’être avec ce sentiment d’abandon

Aujourd’hui a vraiment été une journée compliquée. Déjà, c’est mon premier jour de règles. Je ne prends plus la pilule depuis maintenant 5 ans. Certes, j’ai eu un shot d’hormones lorsque j’ai fait mon don d’ovocytes. Mais à part cela, rien. Par conséquent, je laisse mon corps vivre à son rythme, même si parfois j’aimerais en être débarrassée. Depuis quelques mois, je vis le syndrome prémenstruel : mal physique et aussi des émotions encore plus à fleurs de peau (pratique pour une hypersensible). Et le jour j, je ne me sens vraiment pas bien. Aujourd’hui, la douleur a été exponentielle. Au fur et à mesure de la journée, mon corps a été de plus en plus douloureux. Et au moment où j’écris cet article, les douleurs sont vraiment intenses et difficiles. Mais je ressens aussi ce fort besoin d’écrire.

Et j’ai vécu trois abandons.

Le premier abandon vient d’un homme avec qui j’échangeais depuis 15 jours. Il m’avait abordé sur mon compte instagram privé (dont je vous parle dans cet article Entre affirmation et statut d’objet). Il aimait mes photos, est marié et cherche une maîtresse ce qui me convenait dans l’idée (Je sais que cela peut faire grincer des dents. Cela fera peut-être l’objet d’un article plus tard). Mais rapidement les messages ont manqué de fluidité. Je lui avais demandé dès le départ quel type de relation il cherchait. Il m’a confirmé chercher à construire, à s’intéresser à la personnalité autant qu’au corps. Pour autant très rapidement, il a été question de sexe. Or ce n’est pas en parlant constamment de sexe que j’aurai envie de rencontrer la personne. J’ai donc réorienté les échanges, pour apprendre à nous connaître. Pour autant, cela ne fonctionnait pas. Rien n’était fluide. Plus cela allait et j’avoue moins je m’investissais. Il s’avère que ce week-end, j’y réfléchissais et je savais que je devais mettre fin à cet échange qui ne me convenait pas. En fait, je souhaitais le faire mais ma difficulté à mettre clairement fin à ce qui ne me convient pas a pris le pas et m’a amené à repousser. Au moins de quelques jours. Et ce matin, j’ai reçu un message de sa part m’informant que nos échanges ne donnaient rien et finalement qu’il préférait couper court. Au moment où j’ai lu ce message, j’ai vraiment senti comme un coup au ventre. Et pourtant, je me suis sentie libérée. Car cela était juste. Dans le sens juste pour moi, si je m’étais respectée dès le début et non laissée menée par ma sensation de solitude, j’aurai pris cette décision dès le début. Mais malgré tout, je me suis sentie abandonnée, certes 2 minutes, mais j’ai quand même ressenti ce rejet.

Le second abandon est plus un rejet est venu d’un homme à qui j’ai écrit sur adopteunmec. Pour la première fois, j’avais fait le premier pas. Il m’a répondu en m’informant n’être pas disponible de suite pour un échange mais qu’il reviendrait vers moi. Il est revenu vers moi aujourd’hui pour me dire que malgré mon approche original (dans sa présentation il parlait d’une pizzéria, alors je lui ai parlé d’un restaurant coup de cœur), il ne donnerait pas suite. Et qu’il me souhaitait de belles rencontres car j’ai un joli profil pétillant. Deuxième rejet. Je n’ai rien ressenti physiquement mais c’était plus de l’ordre de la déception. Surtout que j’avais pour une fois pris les devants. Et pour autant, je n’étais maintenant plus intéressée par cet échange car ma tête est prise ailleurs.

Mon troisième sentiment d’abandon est lié à une personne avec qui j’échange quotidiennement. Nous avons pris initialement contact sur un site de rencontres puis nous sommes passés sur whatsapp. Nous échangeons presque du matin au soir. Ce n’est pas forcément intense toute la journée, mais plus par périodes dans la journée. C’est fluide, simple. Nos conversations sont diverses, à la fois légères et profondes quand elles s’y prêtent. Elles semblent dans tous les cas naturelles, à leur juste place. Nous apprenons à nous connaître. Et aujourd’hui, je ne sais pas pourquoi, à un moment, j’ai eu une impression d’abandon. Au départ, nous parlions de mes règles et ça a dérivé vers une discussion plus personnelle, sur mon expérience avec les hommes. Tout en n’entrant pas dans les détails, ça a remué un peu les choses. Et je me suis sentie sur la défensive, peut-être incomprise. Cela ne venait pas de lui qui cherchait à comprendre. C’était vraiment mon ressenti. Inconsciemment, je pense m’être fermée, pour me protéger des émotions qui commençaient à remonter et que je n’avais pas forcément envie de revivre. Et puis whatsapp n’est pas le plus simple pour échanger, du moins sur ce genre de sujet. Et puis à un moment dans la journée, nos échanges se sont taris. Et quand ils ont repris, ils ont été moins fournis qu’habituellement et cela a duré jusqu’à la moitié de la soirée. Rien de grave, mais inhabituel. Je suis une personne d’habitude, de rituels. Je m’habitue vite, cela entraîne un rythme dans ma vie. Et cela crée un attachement certain. Encore plus avec mon cœur d’artichaut. Toujours est-il que je me suis sentie abandonnée. Ca m’a déstabilisé. Et puis ça a été la troisième fois de la journée. Alors pas vraiment évident. D’autant plus, que plus les semaines passent et plus je me concentre sur mes échanges avec cette personne. J’ai supprimé voire arrêté un certain nombres de conversations qui ne me convenaient plus. De même, je me rends compte que je ne suis plus sur mes sites de rencontres. En fait, je n’y trouve actuellement pas ou plus d’intérêt. Ce week-end j’ai même regardé pour les suspendre. Même si cela va un peu à l’encontre de ma peur de mon abandon.

Dans tous les cas, aujourd’hui a vraiment été une journée centrée sur cette notion d’abandon. Cette conscience de la dépendance, qu’elle soit nocive ou bénéfique pour moi. Mes sentiments sont ambivalents, tout comme ma personnalité. Je suis indépendante. Donc même si je suis « totalement » abandonnée, je sais que je continuerai d’avancer, de vivre, d’être heureuse, de savourer la chance du temps qui passe. Mais mon petit coeur d’artichaut, pour lui c’est plus difficile. Cela crée à chaque fois comme une blessure, une plaie. Qui certes guérie mais laisse une cicatrice. Cela me donne une impression de fragilité que je n’arrive pas à appréhender, à comprendre, car elle me donne une impression de déséquilibre. La problématique vient de là : je n’ai pas trouvé d’équilibre avec cette fragilité. J’ai atteint un premier stade en acceptant ma vulnérabilité et en la voyant comme une force. Mais la fragilité de mon être, de mes émotions, c’est encore compliqué. J’en ai peur car j’en souffre. Alors, je fais l’autruche. Peut-être que cette journée essaye de me faire comprendre que ma fragilité ne déstabilise pas mes fondations, mais en fait partie. Et que par conséquent, à moi de l’embrasser. Peut-être…

3 réflexions sur “De la difficulté d’être avec ce sentiment d’abandon

  1. etoile31 dit :

    Bon ben cette journée n’est plus d’actualité puisque nous en sommes 48H après, voire 72H par rapport au moment de l’écriture… Je ne suis pas spécialiste mais pour avoir toujours oeuvré dans le champ de la santé, j’ai toujours entendu dire et su que le sentiment (sic) d’abandon a pour origine un traumatisme d’abandon (enfance, adolescence, etc. Laquelle situation engendre la situation enregistrée en mémoire et le donne à revivre à chaque « choc » d’abandon…. Cela en revient à retrouver la Source de cet abandon premier, un travail sur la mémoire donc. Et cette mémoire étant activée par l’émotion issu du choc de l’abandon, l’idée est donc de trouver en soi l’évènement « Source »… S’intéresser à la Mémoire est passionnant, hier dans une émission, le sujet était abordé sous l’angle et par l’entrée de l' »oubli ». En effet, notre cerveau, notre métabolisme a « besoin » de gérer tout cela…. Si cela vous intéresse: https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/loubli-24-linvention-de-la-memoire Vous devriez retrouver assez aisément l’origine de ce choc premier qui agit ainsi encore en vous de manière psychique et donc « mécanique »….

    Sinon Boris Cyrulnik a largement vulgarisé ce sujet mais pas que… Beaucoup de travaux ont été réalisés par les acteurs fondateurs des TCC en « gérant » les conséquences des traumatismes (attentats, agressions, catastrophes naturelles, accidents industriels, guerres, génocides, viols, etc.). Une autre émission aborde ces sujets « émotion-mémoire »: https://www.franceculture.fr/emissions/matieres-a-penser/la-memoire-modulee-bousculee-agressee

    Vous êtes semble-t’il familière de ces chocs, à lire cet article, même si bien évidemment ce n’est pas votre quotidien et heureusement. J’ai une amie récemment inscrite sur Meetic qui en gros me fait part de ses « colères » à peu près quotidiennes à propos de ses relations « Meetic ». Elle cherche un amant-compagnon, le spectre de ses aspirations est large et les « proies » potentielles (les siennes) sont nombreuses. Mais voilà, c’est l’insatisfaction, mais bon, elle n’est pas encore passée aux rencontres physiques et je suis impatient des suites…
    Vous devez également être sortie des principaux désagréments de votre cycle, alors bonne continuation,

    J'aime

    • mesmoisenemois dit :

      Bonsoir Henri,
      A mon tour de tarder à vous répondre 😉 Je vous remercie pour les sources que vous m’avez transmise pour approfondir le sujet.
      Je vous confirme également connaître la « Source » de cet abandon. J’y ai suffisamment travaillé pour qu’aujourd’hui ces réminiscences de l’abandon ne soient que des vaguelettes et non plus des tsunamis 😉 J’accueille alors ce qui se passe avec bienveillance.

      Aimé par 1 personne

  2. etoile31 dit :

    Voilà qui fait plaisir à lire, je veux parler de ce qui se passe en vous et vécu avec bienveillance pour transformer tout ce qui peut lêtre avec un esprit et des actes constructifs…. J’aime cela en vous, c’est aussi ce qui contribue au fait que j’adore vous lire…, je crois avoir vu, à ce sujet un nouvel article, j’y vais de ce pas…
    J’ai trouvé un article passionnant sur les effets de nos conditionnements et notamment ceux qui agravent les chocs traumatiques dans nos vies…, si cela vous intéresse…, c’est un peu long mais très pointu et très documenté avec de nombreuses sources, ressources et références…
    Bonne soirée et douceurs à vous,

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s